Test du robot de piscine TigerShark Hayward

J’ai récemment dû me séparer de mon robot de piscine qui commençait à vieillir, malgré le remplacement fréquent des pièces d’usure. J’étais à la recherche d’un robot électrique performant et sans options inutiles ni « gadgets », faisant bien souvent monter la facture…

Après quelques recherches sur le net (je cherche toujours des avis plutôt que des comparatifs, afin d’avoir une idée plus précise du fonctionnement du robot en action), un modèle de robot a attiré mon attention : le robot Tiger Shark de la marque Hayward. Sur le papier, ce n’était certes pas le « plus » performant, ni le plus rapide, mais :

  • Ce robot semble être un des « best-sellers » des robots électriques : outre l’aspect marketing, il doit bien y avoir une raison derrière son succès.
  • Son succès est tel que de nombreux clones du TigerShark ont vu le jour, même chez Hayward !
  • Le TigerShark est commercialisé depuis plus de 10 ans, sans avoir été modifié.
  • De fait, trouver des pièces détachées n’est pas difficile pour ce modèle de robot, à la différence d’autres marques…

Le dernier argument de poids est son prix : on le trouve généralement aux alentours de 700 €, avec ou sans son chariot de transport. C’est certes plus cher qu’un robot hydraulique (quoique…), mais pour un robot électrique qui nettoie le bassin en entier, on est dans la fourchette (très) basse du prix !

Robot nettoyeur de piscine Tigershark Hayward

Les caractéristiques du robot

Pour 700 €, on a le droit à quoi ? Pour ce prix, on a un robot électrique d’une marque connue des possesseurs de piscine (Hayward), et plutôt en bien en général. Un robot d’une marque reconnue donc, et qui, sur le papier du moins, nettoie le fond, les parois mais également la ligne d’eau de la piscine.

C’est le critère le plus important pour moi : je souhaitais mettre le robot dans l’eau, lancer le programme, puis le laisser travailler et nettoyer ma piscine de fond en comble. Je ne souhaitais pas investir plusieurs centaines d’euros dans un robot nettoyeur, pour devoir ensuite ressortir ma brosse pour finir le travail à la main.

Hayward indique un cycle de fonctionnement normal de 4 heures pour un nettoyage total. Il existe une version QC (Quick Clean ?) du Tigershark, qui propose un mode rapide uniquement (nettoyage du bassin en 2 heures). Dommage qu’Hayward n’ait pas pu proposer les 2 modes de nettoyage en un seul robot !

Pour le reste, on est sur des caractéristiques classiques pour un robot électrique : processeur ASCL censé mémoriser la taille et forme du bassin (on y reviendra), débit d’aspiration de 17 m³/h, version avec brosses mousse ou picots disponibles. J’ai opté pour la version mousse, bien que ma piscine possède un liner pour l’étanchéité : je souhaite une adhérence maximum du robot aux parois du bassin. Il est livré avec son câble de 16,76 m, bien suffisant au vu de la taille de ma piscine.

Le point positif de ce robot, à mon sens, est sa finesse de filtration, de l’ordre de 5 microns ! Autant dire que, en théorie, après le passage du robot, les parois devraient être nickel !

La fiche produit du TigerShark est disponible sur le site d’Hayward, ici

Le test du robot TigerShark

Le déballage

J’ai donc opté pour le modèle de TigerShark avec brosses mousse et son chariot de transport. Comme vous pouvez le voir, les cartons de transport sont imposants, surtout pour le chariot.

Les cartons du robot Tiger Shark

Le carton du robot seul a grosso-modo la forme d’un cube. Dedans, pas d’accessoires dispensables ou de petits cadeaux, seulement le nécessaire: le robot et son câble d’alimentation, et le bloc d’alimentation protégé par un carton. La notice d’utilisation est incluse, bien que très succincte.

Déballage du robot de piscine Tiger Shark

Idem pour le colis du chariot de transport : pas de superflu, seulement le chariot et sa notice.

Chariot de transport du Tiger Shark

La mise en route du robot

Sa mise en place est très simple, comme la plupart des robots électriques. C’est un de leurs gros avantages, à mon avis, en comparaison avec les robots hydrauliques : pas besoin de couper le circuit de filtration de la piscine, d’emboiter des tubes, de faire partir l’air, etc.

Là, c’est très simple : il suffit de relier le câble d’alimentation du robot à son bloc d’alimentation. Ce bloc sera branché à une prise de courant. Immergez le TigerShark avant de le mettre en marche (via le bouton power du bloc d’alimentation). Pour les robots avec brosses mousse, Hayward préconise de les faire tremper dans l’eau avant l’utilisation, pour les ramollir. En effet, le robot neuf à des mousses dures, très dures ! J’ai laissé le robot dans la piscine 10 minutes avant de lancer son programme.

Enfin, j’ai tout simplement appuyé sur le bouton power du bloc d’alimentation pour lancer le robot : avec le TigerShark, pas de modes de nettoyages ou de réglages : une fois le bouton sur On, le robot lance son cycle ! A noter que, si vous coupez le robot durant son fonctionnement, il repartira pour un cycle complet de 4 heures.

Le nettoyage du bassin

Nous voila à la partie la plus intéressante de ce test, mais également la plus stressante, du moins pour moi ! Ma piscine n’était pas très sale, mais j’avais quand même envie de tester mon nouveau jouet ! Donc, une fois le robot lancé, je l’ai regardé travailler.Nettoyage de la ligne d'eau d'une piscine

Premier constat : le robot à des trajectoires aléatoires, comme tous les robots de piscine, qu’ils soient hydrauliques ou électriques. Le processeur ASCL a besoin, d’après Hayward, de quelques cycles de nettoyages pour optimiser les trajectoires du robot en fonction de la piscine. C’est un point à vérifier dans le temps !

reducteur-debit-robot-piscine-tiger-sharkDeuxième constat : ça dépote ! Le robot à l’air de bien travailler, le fort débit d’aspiration remue bien l’eau autour de lui. Il grimpe aux parois sans problème, et même un peu trop ! Le TigerShark est vendu avec un réducteur de débit (voir photo) qui est installé d’origine sur le robot. Je l’avais retiré de peur que le robot ne monte pas bien aux parois. Résultat : le robot venait en butée contre les margelles, et restait sur le haut des parois, ne nettoyant que la ligne d’eau ! Après avoir remis en place le réducteur de débit, aucun problème : le robot passe bien dans le fond de la piscine, et nettoie également les parois et la ligne d’eau de ma piscine.

Troisième constat : Quand le robot arrive contre mon escalier roman, il grimpe le long de la première marche, puis fait demi-tour. Le TigerShark ne nettoiera donc pas votre escalier de piscine. Pas de surprise de mon coté, je le savais. Très peu sont les robots à nettoyer les escaliers ou plages immergées par exemple.

Une fois le nettoyage de la piscine terminé

Quand son cycle se termine, le TigerShark s’arrête, tout simplement. Pensez à débrancher le bloc d’alimentation et le câble du robot avant toute manipulation. Si le robot s’est arrêté au milieu du bassin, il vous faudra tirer doucement sur son câble afin de le ramener vers vous. Quand vous le sortez de l’eau, pensez à le laisser quelques secondes au dessus de votre piscine, le temps de laisser l’eau à l’intérieur s’évacuer. Pensez à avoir ce réflexe, votre dos vous remerciera ! Le robot pesant une bonne quinzaine de kilos, avec le poids de l’eau, on arrive vite à 20 kg à tirer à bout de bras.

Le nettoyage du filtre

C’esNettoyage du filte du robot Tigersharkt le moment de nettoyer le filtre du robot. Il se retire très simplement par le dessous du robot. Celui-ci se présente sous forme de cassette filtrante : les 2 panneaux latéraux se chargent de la filtration. Il n’est pas nécessaire de les retirer de la cassette pour les nettoyer. Comme vous pouvez le constater, les panneaux filtrants ne sont pas très sales. J’ai donc opté pour un simple nettoyage au jet d’eau. En tout et pour tout, le nettoyage des filtres m’a pris moins de 5 minutes.

Le chariot de transport

Chariot de transport pour robot TigersharkJ’ai opté pour le TigerShark fourni avec son chariot de transport. Je n’étais pas convaincu de l’utilité du chariot de transport, mais le pack robot + chariot était proposé à un prix quasiment identique au robot seul.

Son montage est très simple : 2 parties à assembler, retenues par l’axe des roues. Le robot vient se loger sur la base du chariot. Le bloc d’alimentation et le câble ont également un espace de rangement sur le chariot.

Mon avis sur les chariots de transport pour robot de piscine : si vous entreposez votre robot loin de votre piscine, ou si vous avez des problèmes de santé ( problème de dos en particulier), le chariot aura une utilisé. Si, comme moi, vous stockez le robot à proximité de votre piscine, et que vous pouvez porter des charges « lourdes » (comptez environ 20 kg pour le chariot, son bloc d’alimentation et son câble), vous pouvez vous passer du chariot de transport.

 

En conclusion

Il s’est écoulé quelques semaines entre l’achat du TigerShark et l’écriture de cet article. J’ai donc eu le temps de le tester à nouveau. Le nettoyage du bassin, même dans des conditions plus difficiles ( feuilles mortes, herbes et débris) à toujours été impeccable. Le robot nettoie le fond, monte bien aux parois, les nettoie efficacement, ainsi que la ligne d’eau. C’est du tout bon pour moi au vu du prix du robot. Comme je l’ai indiqué, ne comptez cependant pas sur lui pour nettoyer votre escalier, quelle que soit sa forme. L’accès au filtre et son nettoyage est aisé et ne prend que quelques minutes.

Du coté des moins, on peut regretter que le cycle soit un peu long (4 heures) : pensez à cela avant de lancer un cycle de nettoyage (j’ai oublié ce point, d’où les photos de nuit) ! On peut également regretter l’absence de télécommande, qui aurait justement pu permettre de régler les cycles, ou de déplacer le robot manuellement pour repasser sur une zone précise. Il faut reconnaître que dans sa tranche de prix, aucun robot ne dispose d’une télécommande : je soulève ce point pour trouver un moins au TigerShark.

On peut également noter l’absence de système anti-entortillement du câble, comme chez d’autres constructeurs. Après plusieurs utilisations, le câble était moins facile à manipuler : il suffit de le laisser au soleil déroulé : le plastique va chauffer et se détendre : le câble retrouvera alors sa forme originale.

Pour conclure, je suis très satisfait des performances du robot de piscine Tigershark, autant pour sa facilité de maniement que pour son nettoyage efficace. Pour son prix (environ 700€), il offre un très bon rapport qualité/performances/prix pour un robot électrique.

 

5 pensées sur “Test du robot de piscine TigerShark Hayward

  • 28 septembre 2016 à 12:53
    Permalink

    Quelle est la diffèrence entre la brosse mousse et la picot ?j’ai une piscine avec carelage et j’ai un robot mousse mais je regarde pour changé.merci

    Répondre
    • 4 octobre 2016 à 12:51
      Permalink

      Bonjour Simon,

      Les brosses mousse sont plus adhérentes que les brosses picots : elles sont donc conseillées pour les revêtements glissants (typiquement carrelage ou béton). Cependant, elles peuvent également être utilisées sur des revêtements moins glissants, de type liner ou PVC armé. Les picots ne sont conseillés que pour les liners et PVC armés.

      Le principal avantage des picots, c’est leur durée de vie : le plastique ne bouge jamais, contrairement aux mousses qui sont « abrasives » : elles ont tendance à s’effriter avec le temps…

      Cordialement,

      Julien

      Répondre
  • 28 juin 2018 à 16:35
    Permalink

    mauvais robot,le premier ne monte pas aux parois,apres un echange le deuxieme non plus malgré une piscine propre ???????????????

    Répondre
    • 9 juillet 2018 à 14:05
      Permalink

      Bonjour,

      Étrange que le même problème se produise sur 2 robots différents. Quel type de revêtement de piscine avez-vous ? SI vous avez une coque ou un carrelage, il vous faut les brosses mousses, sinon le robot va patiner contre les parois.
      Avez-vous essayé de faire tourner le robot après avoir enlevé le réducteur de débit (il est pré-installé) ? Avez-vous également fait un test sans les filtres du robot ?

      Répondre
  • 5 août 2018 à 18:08
    Permalink

    Bonsoir,
    Problème rencontré une roue d’entrainement ce déboite, le robot à 2 ans?
    Quelqu’un à-t-il déjà rencontre ce problème,

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *